Mets de l’huile

Plaisirs qui nous aident à avancer. Devoirs qui nous donnent une raison de tenir le coup. « Petits trucs » qui nous soutiennent jour après jour : on connaît tous ça, c’est humain.

Sauf que des fois, ça finit par prendre une place exagérée. Et ça nous bouffe.

Cigarette, alcool et autres drogues, bien sûr. Mais ça peut arriver avec le travail, la fête, le voyage, l’activité physique, les enfants

Poursuivre la lecture de « Mets de l’huile »

« Donnez-moi un point d’appui… »

Changement d’année, changement d’habitudes ? De comportements ? De réactions ? En tout cas, on est résolu à faire évoluer les choses.
C’est bien. Mais des fois ça ne suffit pas.

Après avoir évoqué les limites de la bonne volonté, voyons maintenant comment y suppléer. Avec malice, légèreté, et efficacité.

(merci Archimède)

Poursuivre la lecture de « « Donnez-moi un point d’appui… » »

Laisse pas traîner ton Ça

Quand des choses étranges, sorties de nulle part, s’invitent dans notre vie, c’est peut-être que le Fripon est à l’œuvre.

Messager facétieux de ce qui pousse en nous-mêmes, il pourra devenir un allié ou au contraire prendre des formes absurdes et destructrices, selon qu’on lui prête ou pas la juste attention.

Se figurer ce personnage, c’est une façon de dire ce qui se passe en nous.

clique ici si tu veux que le Fripon te laisse dormir ce soir

Les actes manqués : faire exprès sans le vouloir

Un sms qui part pour le mauvais destinataire.
Un prénom prononcé au lieu d’un autre.
Un anniversaire oublié.
Des clés que l’on ne trouve pas au moment où l’on devrait absolument être à l’heure.
Un effet personnel laissé chez quelqu’un…

Bienvenue au pays des actes manqués, savoureuse entrée en matière vers le fonctionnement de l’inconscient.

Poursuivre la lecture de « Les actes manqués : faire exprès sans le vouloir »

Traverser

En épilogue à une série d’articles sur le trouble de la personnalité limite, voici quelques extraits du livre de Maurice Bellet, La traversée de l’en-bas. Ils suggèrent, me semble-t-il, ce que peut être la douleur d’une personne souffrant d’une forme sévère de ce trouble ou, plus généralement, d’épisodes de grande dépression.

« Et ce sera un texte incohérent. Car le lieu où il se tient est un tel lieu de contradiction et d’écarts que la cohérence y est fausseté.

C’est écrit pour ceux qui, par eux-mêmes ou par leurs proches, ont quelque connaissance de l’en-bas. Ailleurs, c’est hors de sens ou insupportable. »

Poursuivre la lecture de « Traverser »