Psychanalyse punk

Voici une présentation de mon approche de la thérapie, écrite avant la création de ce site. Il paraît qu’elle rend assez bien compte de l’esprit de ma pratique.

 

 

Vous pourrez remarquer que j’y qualifie ma proposition de « psychanalyse ». Je peux le faire aujourd’hui encore, quand j’ai la possibilité de préciser dans la foulée ce que j’entends par là. Hors d’un échange de personne à personne je préfère éviter d’employer ce terme car, quand il est entendu hors contexte, il colporte hélas beaucoup d’idées reçues et d’a priori (pas toujours injustifiés d’ailleurs…). Allez, bonne lecture.  No foutu !

«

Bonjour à toutes et à tous.

Pour rappel ou pour info : je reçois désormais au n°34 du boulevard Carnot, à Toulouse. Mon numéro c’est le 06 28 33 33 89.

*
Psychanalyse, oui. Des noms : Freud (mais c’est pas le bon Dieu), Jung (non plus), Melanie Klein (idem)… Et puis Groddeck, Matte Blanco, Hillman…

Des théories, qu’on ne va pas ériger en dogmes. Des théories comme des cadres, des outils pour la pratique. Toujours au service de l’individu, et pas l’inverse.
Ça, c’est dit.

Dans tout cela, une cohérence : des moyens de (re)connaissance de l’inconscient, pour mieux vivre.
L’inconscient : tout ce dont on n’est pas conscient et qui nous accompagne partout, de si près qu’on n’arrive pas à le voir. Ça demande à être reconnu, entendu, orienté, sinon, quand on essaie de le mettre sous le tapis, ça ressort et ça pique. Ça te parle ?

*
Au départ de la démarche, en général, des symptômes : angoisses, insomnies, insatisfactions, addictions, deuils impossibles, situations qui se répètent encore et encore, comme si le temps n’y faisait rien…

Un but pour qui vient : avancer hors des répétitions douloureuses, des inerties, des carcans.

Pour ça, et au-delà de ça : on fait en sorte de développer l’autonomie de chacun dans son rapport à l’inconscient.

Le parcours n’est pas « intellectuel », contrairement à certaines idées reçues. Le fin mot reste l’émotion, présente, passée, actualisée par petites touches grâce au cadre analytique et à la relation humaine.

« Analysis » = acte de défaire, de délier, de dénouer.

Pour être libre de tisser à sa façon, en accord avec ce qu’on est.

Avec feeling et discernement. Jamais l’un sans l’autre.

*
On travaille en face-à-face (= sans divan).

Le mec parle.

Ça ne dure pas mille ans.

L’aspect financier ne doit pas être un obstacle, on trouve des solutions.

Le premier rendez-vous est gratuit et permet de lever d’éventuelles interrogations.

Je reste à votre disposition pour tout renseignement.

 

Bien à vous,

Thomas Nispola

06 28 33 33 89

 

»